Quelles vacances pour les ados ?

Quelles vacances pour les ados ?

L’été transforme les ados ! Les vacances, c’est le temps de la liberté, un temps à part dans l’année pour expérimenter, se découvrir… Mais comment les aider à choisir leurs activités estivales tout en leur laissant l’autonomie dont ils ont besoin pour grandir ? Nos conseils… et 50 idées du magazine Okapi spécialement conçues pour les 10-15 ans !

Libres… mais avec un cadre précis !

L’adolescent, pour exercer sa liberté, et les parents, pour se rassurer, ont besoin qu’un cadre soit fixé. Pourquoi ne pas inventer un “contrat familial” de l’été ? Chacun, adulte comme ado, y mettra sa pâte, y exprimera ses besoins, ses attentes et ses contraintes. Pour faciliter la discussion, on peut se référer aux quatre niveaux de l’autorité bienveillante, énoncés par Sophie Benkemoun, médecin et cofondatrice de l’Atelier des parents, et définir :
Ce qui est interdit (rappeler les lois et les règlements) ;
Ce qui est non négociable (en lien avec les valeurs familiales, la religion, la sécurité) ;
Ce qui est négociable (définir les limites à ne pas franchir) ;
Ce qui est libre (autorisé sans condition parentale).

En famille

L’idée de se retrouver en famille, quand on ne fait que se croiser le reste de l’année, plaît souvent plus aux parents qu’aux ados. Mais les vacances en famille peuvent être propices à resserrer les liens, si chacun y met du sien (respecter le territoire des uns, la sieste des autres…). Pour Laure Reynaud, enseignante et créatrice des “Jeux du bonheur”, ces vacances devraient permettre “de passer de bons moments en famille, de se ressourcer (alimentation, sommeil, exercice…), de faire un point sur ce qu’on a appris de soi et des autres durant l’année passée pour mieux appréhender l’avenir.”
Et les vacances intergénérationnelles ont du bon ! Si un adolescent part chez ses grands-parents, il pourra se reposer, se faire chouchouter, s’émerveiller des vieux souvenirs du grenier, donner un coup de main au jardin, jouer avec les petits cousins-cousines…

Avec… ou sans travail scolaire ?

Stages intensifs d’anglais, cours de rattrapage, séjours mélangeant sport et cours de langues… : les propositions sont légion pour préparer la future année scolaire pendant les vacances. “Mais, explique Marina Barreau, présidente de l’association CeQueJeVeuxFairePlusTard, si un jeune n’a pas envie de bosser, c’est souvent inutile. Il vaut mieux se demander de quoi il a besoin pour reprendre les cours en septembre avec énergie et motivation.” Son association organise des séjours “Mes essentiels”, pour “apprendre à se connaître, réveiller ses talents afin de savoir  s’orienter, à l’école et dans la vie. C’est surtout une semaine pour reprendre confiance en soi et en son potentiel.”

Au travail

Faire un stage en entreprise, trouver un emploi d’animateur en colo, de vendeur de glaces, d’ouvrier dans une usine, de baby-sitter, être bénévole auprès de personnes âgées et isolées… ? “Travailler l’été est une bonne occasion de rencontrer le monde du travail, de manière rémunérée ou non. Les jeunes pourront découvrir des missions dans lesquelles ils s’épanouissent…”, ajoute Marina Barreau. Et en apprendre un peu plus sur eux-mêmes.

Avec des amis

À l’âge des “copains d’abord”, c’est normal d’avoir envie de partir en bande ! En compagnie de “son groupe d’amis, qui lui ressemble un petit peu, avec qui il peut imaginer la suite, l’adolescent se crée un espace qui va le porter. C’est un espace intermédiaire où il peut inventer et être qui il est”, souligne la pédopsychiatre Marie Rose Moro, dans Les ados expliqués à leurs parents. Alors, pourquoi l’en priver ?
Avec des amis, c’est aussi plus facile de se défaire du regard des adultes : l’été donne l’occasion, pour la première fois, de partir sans les parents, de tester avec d’autres ados son autonomie, de se risquer à mener sa barque. Le pédopsychiatre Xavier Pommereau le rappelle, dans Le goût du risque à l’adolescence  : “un adolescent doit expérimenter, explorer, faire des essais et des erreurs. Oublier cette dimension de l’éducation, c’est refuser aux jeunes adultes en devenir la possibilité de grandir.”

En vacance…

Et si notre ado passe ses journées à rêver dans un hamac au fond du jardin ? Tant mieux ! Surtout s’il oublie quelques heures la tablette ou le portable. C’est rassurant qu’il puisse se reconnecter à la nature. L’été, “une vraie coupure est nécessaire, d’avec l’école, les écrans…”, insiste Laure Reynaud ; les vacances, c’est du temps pour lire, ne rien faire, s’ennuyer, s’ouvrir au monde, se cultiver…” C’est du temps pour renouer avec le sens de “la vacance”, à savoir être libre et inoccupé. C’est ne pas oublier, que “Rêver les yeux ouverts, c’est […] sentir profondément le fait d’exister*”, et que, grandir, s’épanouir, y compris pendant les vacances, requiert “du temps et de l’errance”. Du temps pour goûter le moment présent et de l’errance pour s’inventer plus grand…

Clotilde Pruvôt

 

50 idées pour occuper les ados

Votre ado s’ennuie ferme ! La rédaction du magazine Okapi lui a préparé 50 idées pour s’amuser cet été. Vous pouvez les imprimer en cliquant sur ce lien ou sur l’image. Bon été !

 

Téléchargez les 50 idées pour occuper les ados - Okapi, 1er juillet 2017 - Texte : Lola Blassieaux. Illustrations : Mélody Denturck

“50 idées pour t’éclater cet été” – Okapi, 1er juillet 2017 – Texte : Lola Blassieaux. Illustrations : Mélody Denturck

Enregistrer