La réforme du collège en 15 mots-clés

La réforme du collège en 15 mots-clés

La réforme du collège entre en application dès la rentrée scolaire de septembre 2016. Son objectif ? Donner aux établissements les moyens de mieux répondre aux besoins de leurs élèves afin qu’ils aient davantage envie d’apprendre et de progresser. Voici 15 mots-clés pour tout comprendre.

Accompagnement personnalisé (AP)

C’est l’une des principales nouveautés de la réforme. En 6e, les élèves auront 3 heures d’accompagnement personnalisé sur un total de 26 heures de cours par semaine. L’AP a pour but de leur apprendre à apprendre. Selon le collège, et les profils des élèves, l’AP peut se dérouler en classe entière, en ateliers, en groupes de besoins (élèves réunis autour d’une difficulté ou d’un savoir-faire à approfondir). Par exemple, en AP des élèves pourront apprendre à “lire une consigne” ou à “s’exprimer à l’oral” (c’est nécessaire pour toutes les disciplines), mais aussi à “maîtriser les outils mathématiques” ou à “utiliser les temps du récit”. L’AP peut être interdisciplinaire ou disciplinaire.
En 5e, 4e et 3e (cycle 4 du collège), l’AP se poursuit à raison d’une à deux heures par semaine.

Cycle 3

Même si elle se déroule au collège, l’année de 6e clôt le cycle 3, après le CM1 et le CM2. En 6e, les apprentis collégiens consolident les apprentissages fondamentaux abordés en CM1 et CM2, car cela conditionne la suite de leurs études. Les professeurs de 6e doivent donc travailler en relation avec leurs collègues de primaire pour repérer les besoins des élèves et harmoniser leurs approches (outils, méthodes).

Cycle 4

Les classes de 5e, 4e et 3e forment le cycle 4, qui est le cycle des approfondissements.

Diplôme national du brevet (DNB)

Les élèves seront évalués sur un total de 700 points. L’examen final, qui se déroulera en juin 2017, représente 300 points. Celui-ci comporte deux épreuves écrites et une épreuve orale.

  • La première épreuve écrite porte sur les programmes de français et d’histoire-géo-éducation morale et civique. La deuxième épreuve porte sur les programmes de maths, de sciences et de technologie.
  • L’épreuve orale porte sur l’un des projets menés par les élèves durant un EPI (Enseignement pratique interdisciplinaire) ou un Parcours (voir ces mots-clés). Chaque épreuve est évaluée sur 100 points.

Les 400 autres points proviennent de l’évaluation du niveau de maîtrise atteint par les élèves dans les huit domaines d’apprentissage du socle commun (voir ce mot-clé). Cette évaluation sera assurée par les professeurs lors du conseil de classe à la fin de la 3e.

  • Pour chacune des quatre composantes du domaine 1 (les langages pour penser et communiquer) et pour chacun des quatre autres domaines (les méthodes et outils pour apprendre ; la formation de la personne et du citoyen ; les systèmes naturels et les systèmes techniques ; les représentations du monde et de l’activité humaine), l’élève obtiendra 10 points pour un niveau “maîtrise insuffisante”, 25 points pour un niveau “maîtrise fragile”, 40 points pour un niveau “maîtrise satisfaisante” et 50 points pour un niveau “très bonne maîtrise”. Ainsi un élève ayant atteint un niveau de maîtrise satisfaisante dans tous les domaines du socle commun sera crédité de 320 points (sur les 350 exigés au minimum pour décrocher le Brevet).
    Cette évaluation figure sur le bulletin de fin de cycle (ou bulletin du 3e trimestre), puis elle est intégrée dans le livret scolaire. Le DNB n’est pas obligatoire. Ses résultats ne conditionnent donc pas l’entrée au lycée.

Enseignement moral et civique

Intégré aux enseignements d’histoire et géographie, l’enseignement moral et civique est l’affaire de toute l’équipe éducative du collège : des surveillants au principal, en passant par le professeur d’EPS (respect des règles du jeu, respect de l’adversaire) et le documentaliste (voir ce mot-clé).

Ses objectifs sont ainsi rappelés : “favoriser le développement d’une aptitude à vivre ensemble dans une République indivisible, laïque, démocratique et sociale”. Le collégien va donc apprendre petit à petit à “penser et agir par soi-même”, à “pouvoir argumenter ses positions et ses choix”, à “comprendre le bien-fondé des normes et des règles”, à “reconnaître le pluralisme des opinions, des convictions, des croyances et des modes de vie” afin d’être capable de “construire du lien social et politique”.

Éducation aux médias et à l’information

Au collège, tous les enseignants ainsi que le documentaliste participent à l’éducation aux médias et à l’information pour permettre aux élèves de pouvoir distinguer une fausse information d’une information avérée, de comprendre le circuit de l’information et d’apprendre à se comporter sur les réseaux sociaux.

Enseignements communs

En 6e, ce sont : l’éducation physique et sportive (4h/sem), les arts plastiques et l’éducation musicale (1h+1h/sem), le français (4,5h/sem), l’histoire-géographie-enseignement moral et civique (3h/sem), la 1re langue vivante (4h/sem), les mathématiques (4,5h/sem), les sciences de la vie et de la Terre, technologie, sciences physiques (4h/sem). Selon les collèges, les sciences de la vie et de la Terre, la technologie et les sciences physiques peuvent être regroupées. Il est alors proposé un Enseignement intégré des sciences et technologies (EIST) assuré par des professeurs de sciences formés pour cela.

Enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI)

C’est l’une des grandes nouveautés de la réforme. Les EPI sont mis en place en septembre 2016, en 5e, 4e, 3e. Croisant plusieurs disciplines, ils permettent de mieux comprendre les spécificités et les points communs de chacune. Les élèves trouvent ainsi du sens à ce qu’ils apprennent.
Par exemple, en 4e, les professeurs de SVT, d’histoire-géo, de français et le professeur-documentaliste peuvent organiser un EPI sur la conquête spatiale qui débouchera sur une émission diffusée par la web radio du collège. Durant cet EPI, les élèves apprendront à travailler ensemble, se répartiront les thèmes et les tâches : recherche de documents d’archives, interviews de scientifiques, écriture d’un récit historique, organisation de l’émission, montage sonore, etc. Chaque année, l’élève participe à deux EPI. En fin de collège, il en aura suivi six. L’horaire hebdomadaire des EPI peut varier de une à trois heures.
Les EPI sont propres à chaque collège. Les enseignants les organisent selon huit thématiques interdisciplinaires déterminées par le ministère de l’Éducation nationale :
corps, santé, bien-être, sécurité ; culture et création artistiques ; transition écologique et développement durable ; information, communication et citoyenneté ; langues et cultures de l’Antiquité ; langues et cultures étrangères (ou régionales) ; monde économique et professionnel ; sciences, technologie et société.
Les EPI doivent aussi amener les élèves à utiliser les outils numériques et à pratiquer les langues vivantes.

Évaluation

L’évaluation doit devenir positive afin de donner davantage envie d’apprendre aux élèves et d’éviter de les décourager. Elle a pour objectif d’indiquer le degré de maîtrise (insuffisant, fragile, satisfaisant, très bon) des différentes connaissances et compétences qui sont enseignées. Chaque trimestre, a minima, la famille reçoit un bilan où figurent à la fois les parties de programme étudiées, mais aussi les acquisitions et les difficultés éventuelles. La note indiquant la moyenne générale disparaît. Les bulletins trimestriels et le livret scolaire sont donc renouvelés.
En fin de 6e, comme en fin de 3e, les familles reçoivent aussi un “bilan de fin de cycle”. Ce document présente une synthèse des acquis de l’élève, au regard des huit composantes du socle commun (voir ce mot-clé) qui définit le bagage minimal de tout élève à la fin de la scolarité obligatoire. Pour chacun est indiqué le niveau de maîtrise atteint.

Journée de classe

Pour un élève de 6e, l’amplitude quotidienne ne doit pas dépasser 6 heures. Et sa journée doit comporter une coupure d’une heure et demie (sauf dérogation).

Langues anciennes ou langues régionales

Non obligatoires, elles rentrent dans la catégorie “enseignements de complément”. Il s’agit du latin, du grec ou d’une langue régionale. Le latin peut être étudié en 5e (1h), en 4e et en 3e (2h), le grec en 3e (2h). En plus, tous les élèves doivent suivre un EPI (voir ce mot-clé) intégrant les langues anciennes entre la 5e et la 3e.

Langues vivantes

Tout élève de 6e suit au moins un enseignement d’anglais ou d’allemand en première langue (4h/sem). Les élèves qui ont appris en primaire une autre langue vivante que l’anglais peuvent parfois commencer cette langue en 6e, via le dispositif “groupes bilangues” (quand il est proposé par l’établissement). Et à partir de la 5e, tous les collégiens étudieront une deuxième langue vivante (2h30/sem).

De nouveaux programmes entrent en vigueur à la rentrée de septembre 2016, ils insistent sur la nécessité de susciter l’envie et le plaisir d’apprendre, en s’appuyant notamment sur les acquis précédents et sur des interactions provoquées par diverses situations de la vie quotidienne.

Livret scolaire unique numérique

Un nouveau livret scolaire est mis en place en septembre 2016. Il suivra tous les enfants de l’entrée au CP à la fin du collège. Tous les éléments qu’il contient seront numérisés dans une application numérique nationale (nommée LSUN : livret scolaire unique numérique). Cette application sera accessible aux parents, aux élèves, aux professionnels de l’Éducation nationale. Elle réunira les bilans périodiques de l’élève (au minimum trois par an), les bilans de fin de cycle (fin de cycle 2 en fin de CE2, fin de cycle 3 en fin de 6e, fin de cycle 4 en fin de 3e) et les attestations obtenues (prévention et secours civiques, sécurité routière ASSR1, ASSR2, “savoir-nager”).

Parcours éducatifs

Les nouveaux programmes instaurent trois parcours éducatifs : la citoyenneté (parcours citoyen), l’orientation (parcours avenir) et les arts et la culture (parcours d’éducation artistique et culturelle). Ces parcours regroupent des activités, des projets menés dans les classes ou dans l’ensemble du collège à l’occasion de temps forts choisis par les équipes pédagogiques. Ils sont l’occasion pour les élèves d’établir, de façon concrète, des ponts entre l’école et le monde extérieur. Ces parcours figurent sur les bilans périodiques et dans leur livret scolaire.

Socle commun

Le nouveau “socle commun” représente le bagage que tout jeune devrait posséder à la fin de sa scolarité obligatoire. Il définit et organise l’ensemble des connaissances, des compétences et de la culture à acquérir en cinq grands domaines d’apprentissage :

  1. Les langages pour penser et communiquer. Très vaste, ce domaine regroupe quatre composantes : langue française à l’oral et à l’écrit, langues étrangères, langages informatiques et scientifiques, langages des arts et du corps.
  2. Les méthodes et outils pour apprendre (organisation de son travail, accès à l’information, à la documentation, utilisation des outils numériques).
  3. La formation de la personne et du citoyen (connaissance des valeurs de la République, formulation de ses opinions et respect de celles d’autrui, conscience de la justice).
  4. Les systèmes naturels et les systèmes techniques (développement de l’approche scientifique : curiosité, sens de l’observation, capacité à résoudre les problèmes).
  5. Les représentations du monde et de l’activité humaine (connaissance de l’histoire et de la géographie, compréhension du fonctionnement des sociétés).

Toutes les disciplines concourent à l’édification des huit composantes du “socle commun”. Ainsi, par exemple, l’Éducation physique et sportive qui “développe les capacités et le langage du corps”, participe aussi à la formation de la personne et du citoyen (acceptation des règles, respect de l’autre…).

Odile Amblard

Un guide et un magazine pour les collégiens

J'entre en 6e ! Le guide pour réussir ton collège, d'Odile Amblard, éditions Bayard Jeunesse, juin 2016, 10,90 €Le petit guide du nouveau collégien : 95 pages pour tout savoir sur les différentes matières, les méthodes de travail, un quiz pour faire le point, un test à faire avec ses parents, des conseils, le dico de la réforme…
Éditions Bayard Jeunesse, juin 2016, 10,90 €

Tous les 15 jours, la rubrique “Planète collège” du magazine Okapi donne rendez-vous aux 10-15 ans avec de grandes enquêtes menées par la rédaction, des conseils pratiques pour bien vivre et réussir son collège et des infos métiers qui aident à se projeter sereinement dans l’avenir.
Abonnez votre enfant au magazine Okapi

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer