Révisions du brevet et du bac : quels sites choisir ?

Révisions du brevet et du bac : quels sites choisir ?

Les dates des épreuves du brevet et du bac approchent ! Beaucoup de collégiens et de lycéens vont aller chercher sur le web des ressources interactives pour préparer leurs examens. L’avis de professeurs et notre sélection de sites vous permettront de les aider à se repérer parmi toutes les offres… en leur évitant de s’égarer en route.

Réviser sur mesure ?

C’est pour aider une jeune cousine à progresser en maths que Salman Kahn a commencé à publier des cours sur YouTube, au début des années 2000. Aujourd’hui, cet ancien de Harvard et sa Khan Academy, arrivée en France en 2013, comptent des auditeurs par millions… et aussi beaucoup de concurrents. Nombre de profs se sont emparés de la vidéo pour proposer un soutien à leurs élèves. Et, entre leçons d’histoire audio ou schémas de physique animés, quiz de grammaire ou forums de méthodes, les éditeurs parascolaires misent sur l’interactivité du web pour concocter des services de révisions sur mesure. De quoi ranger définitivement au placard les bonnes vieilles annales “papier” de brevet et de bac ?

Utiliser en complément des cours

Pour vérifier une information ou compléter un cours, “les collégiens et les lycéens ont désormais plutôt le réflexe d’aller sur la toile que d’ouvrir un livre”, confirme Julien Cabioch, prof en sciences de la vie et de la Terre. Fondateur de VivelesSVT.com, un site de ressources pour les enseignants, il y voit un moyen d’enrichir leur travail personnel. “Les élèves et les familles ont désormais accès à des animations qui n’étaient auparavant disponibles que sur des CDRom diffusés en classe.” Pratique pour revoir des chapitres de géologie sur les séismes et les volcans ou s’entraîner à des croquis de géographie ! Mais cela ne dispense en aucun cas de relire et d’apprendre méthodiquement ce qui a été fait en classe.

“Les jeunes qui tirent vraiment profit de vidéos en ligne sont ceux qui ont déjà bien assimilé leurs cours”, insiste Julien Cabioch. Professeur dans un lycée du Loir-et-Cher, Valérie Rambaud conseille elle aussi de ne pas se précipiter trop souvent sur le web, ce qui peut créer un effet de saturation : “L’élève aura l’impression de ‘savoir’ sans maîtriser toutes les notions de fond, explique-t-elle. Cela dit, ces sites peuvent être utiles avant de grandes échéances, pour réactiver des connaissances.”

Cibler des notions pratiques

“En sciences, il y a beaucoup de termes spécialisés à connaître, donc des mémos et autres exercices interactifs peuvent aider à revoir ce vocabulaire”, poursuit Valérie Rambaud. Formules de maths, noms de figures de styles, dates de grands événements ou statistiques : c’est sur des “points ponctuels et des notions très pratiques” qu’il convient de mobiliser les sites de soutien, juge également Marie-Astrid Deweerdt, prof d’histoire-géographie dans le Val-de-Marne. “En ce qui concerne les repères historiques, les quiz peuvent aider à créer des automatismes, par exemple”.

En revanche, méfiez-vous des fiches clés en main. “Une fiche est un outil personnel. Même s’ils correspondent aux programmes officiels, les modèles que l’on trouve en ligne ne suivent pas forcément le cours tel qu’il a été présenté en classe. Et c’est le fait même de réaliser la fiche, en triant soi-même les informations essentielles, qui permet la mémorisation”, souligne l’enseignante.

De même, ce n’est pas en ligne que l’on peaufinera son art de la dissertation : “On aura beau écouter et consulter des conseils de méthodes, cela ne servira pas à construire de belles introductions si l’on ne s’entraîne pas régulièrement”, rappelle Julien Cabioch.

Vérifier les sources

Reste à bien identifier les éditeurs du site que l’on utilise : “S’agit-il d’un site marchand ou de l’Éducation nationale, d’un site d’opinion ? Ces questions auront un impact sur la pertinence des données délivrées, notamment sur des sujets comme les OGM”, glisse Julien Cabioch.

“Si l’on ne fait pas attention, on peut aussi se retrouver avec des exercices trop difficiles ou hors programme”, note Rémi Peyré, professeur de maths dans les Hauts-de-Seine. “L’usage de sites en ligne convient surtout aux élèves les plus motivés et autonomes”, conclut-il.

Sélection de sites

Ces sites, consultés par de nombreux élèves au moment des révisions du brevet et du bac, proposent des contenus gratuits… ou payants pour un service plus personnalisé. Quels sont leurs atouts, leurs défauts et leurs tarifs ?

Afterclasse.fr

Consulter le site Afterclasse.frCe site est développé sur un modèle collaboratif par 1000 profs qui éditent aussi, dans le cadre du projet Lelivrescolaire.fr, des manuels pour les classes. Au crédit de ces solides références s’ajoute une présentation claire, avec des repères essentiels pour chaque chapitre – “schémas” ou “chiffres” en sciences éco, “personnages” ou “lieux” en histoire – et des exercices très interactifs.

Le + : beaucoup d’outils pratiques de révision.
Le – : pas de cours de langues.
Prix : accès gratuit aux ressources et aux exercices. Forfait de 99,99 € par an pour ceux qui souhaitent un coaching personnel avec tableau de bord et statistiques.

 

Schoolmouv.fr

Consulter le site Schoolmouv.frCréé en 2013 par un étudiant de Toulouse Business School, et soutenu par différents acteurs de la French Tech, ce site mise sur la vidéo comme alternative aux cours particuliers. Il est partenaire du magazine Phosphore édité par Bayard Presse.

Le + : une interface claire.
Le – : même si la mise en scène est travaillée, certains élèves hésiteront peut-être à regarder un prof devant un tableau après une trentaine d’heures de cours par semaine.
Prix : accès gratuit à un certain nombre de vidéos, sans inscription, sur Youtube. Abonnement de 29,99 € par mois pour un accès illimité aux fiches et aux quiz.

 

Digischool.fr

Consulter le site digischool.frCréé en 2011, ce groupe dédié aux 15-25 ans édite aussi bien des annuaires pour les étudiants que des applis pour le code de la route et décline toute une série de sites adaptés aux différentes filières scolaires (brevet, bac L, ES, S, STMG et bac pro). À côté des fiches, quiz et vidéos sont proposés des récapitulatifs pratiques (calendriers ou barèmes d’épreuves) et des examens blancs.

Le + : accès gratuit à beaucoup de ressources et applis mobiles.
Le – : publicités récurrentes, quiz de qualité inégale.
Prix : accès gratuit ou abonnement de 9,99 € par mois pour une consultation illimitée des quiz, sans publicité.

 

LesBonsProfs.com

Consulter le site Lesbonsprofs.comFaisant comme Schoolmouv la part belle à la vidéo, ce site propose des stages ciblés sur les examens de fin d’année mais développe avant tout des offres de soutien scolaire à l’année, par abonnement.

Le + : des vidéos qui peuvent se découper en chapitres ; accès possible sur YouTube si on ne veut pas renseigner son numéro de portable et son adresse dans le formulaire du site.
Le – : le côté statique du cours magistral ; le prix élevé des offres personnalisées (avec possibilité de poser des questions à un prof).
Prix : des vidéos en accès gratuit ; 24,99 € par mois pour un programme de révisions ; 49,99 € par mois pour bénéficier du service d’assistance ; 79,99 € par mois pour un tutorat pédagogique.

 

Kartable.fr

Consulter le site Kartable.frÀ la fois site de soutien scolaire de la sixième à la terminale et service de révision pour les épreuves du brevet et du bac, Kartable a été lancé en 2013 par deux étudiants de HEC et bénéficie du soutien de grands acteurs du web.

Le + : beaucoup de ressources.
Le – : des cours assez longs.
Prix : une partie en accès libre et une partie payante (24,95 € par an).

 

Réussite-bac.com

Consulter le site Reussite-bac.comFiches avec exercices, sujets corrigés, rappels de méthodes et outils statistiques pour organiser ses révisions : l’offre, assez complète, de ce site gratuit proposé par l’éditeur Rue des écoles avec la mutuelle étudiante LMDE, couvre aussi bien les séries générales que technologiques.

Le + : des résumés audio, pratiques à écouter dans les transports ; des ressources en langues.
Le – : présentation peu aérée des fiches de cours ; nombreuses demandes d’informations personnelles.

Aurélie Djavadi

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer