Héros de magazines pour la jeunesse, quel beau rôle !

Héros de magazines pour la jeunesse, quel beau rôle !

Les magazines jeunesse sont un vrai rendez-vous de lecture pour un enfant, et les héros en sont les ambassadeurs !

Des héros proches des enfants

La principale qualité des héros de presse est d’être proches des enfants : ils arrivent directement chez eux et leur parlent de choses familières.

Que ce soit des héros d’identification comme Petit Ours brun, qui agit comme le ferait un enfant, ou bien des héros de projection comme SamSam, qui fait une plus grande place aux rêves d’autonomie, les héros ressemblent à leurs lecteurs.

Les retrouver chaque mois, cela met en confiance. C’est un peu comme une rencontre avec un ami, on le connaît bien, on lui fait confiance pour nous accueillir dans notre univers de lecture, mais on compte aussi sur lui pour nous surprendre : que va-t-il faire cette fois-ci ?

Sous le regard des parents

Pour les plus jeunes qui ne savent pas encore lire, découvrir les aventures de leurs héros par la voix de leurs parents est un grand moment. Grâce à son héros, le quotidien de l’enfant est valorisé : on parle de lui et de ce qui le touche sous le regard (ô combien important !) de ses parents.

Une porte d’entrée dans la lecture

Pour les plus grands qui commencent à lire tout seul, les héros sont souvent la porte d’entrée dans la lecture. Quand ils les aiment, qu’ils ont envie de découvrir leurs nouvelles aventures, ils sont motivés pour plonger.

Généralement sous forme de bande dessinée, ils permettent une lecture ludique, un jeu entre l’image et le texte qui apprend à décrypter les signes et donc… à lire.

Des jeux pour s’amuser… et progresser

Les magazines de jeux Bayard Jeunesse s’appuient beaucoup sur les héros afin de tendre la main aux enfants. S’amuser, mais aussi progresser en graphisme et en “psychomotricité fine” (comme on dit à l’école), c’est autrement plus drôle quand on marche dans les pas d’un héros attachant !

Marie-Agnès Gaudrat, directrice éditoriale. Propos recueillis par Magali Langrand