Phosphore

Phosphore

Les jeunes de 14 à 18 ans ont-ils encore vraiment besoin d’un magazine ? N’en ont-ils pas fini avec le papier, eux qui passent des repas entiers sur leur smartphone ? Les garçons et les filles qui nous lisent, répondent du tac au tac : « Phosphore, ça sert à se poser ». Ils décrivent un moment à eux, où ils embarquent le magazine dans leur chambre, s’installent dans leur lit ou sur un fauteuil moelleux… Et ils se posent.

Un magazine pour mieux se connaître

Ils se posent des questions sur eux-mêmes, sur le monde qui les entoure, sur le monde qu’ils veulent construire. Et nous sommes là pour les aider à se forger un point de vue, à mieux définir leurs goûts et leurs désirs, à se projeter dans l’avenir, à mieux voir les chemins qui s’offrent à eux. Pas de ligne droite, mais des chemins de traverse qu’ils seront heureux d’explorer.

Un magazine pour imaginer son avenir

Phosphore leur offre bien sûr de quoi construire une orientation : des jeunes professionnels reprennent pour eux leur parcours, racontent la rencontre, le stage, l’engagement, qui leur a permis de trouver aujourd’hui un métier. Nous leur ouvrons aussi les portes des facs, des prépas, des grandes écoles… On y étudie quoi ? Et on y vit comment ?

Info ou intox ?

Phosphore leur permet aussi de s’informer. En leur redonnant les clés pour comprendre l’actu, les éléments du débat pour qu’ils sachent formuler leurs propres arguments, en leur offrant des reportages de qualité, dans les coulisses de Facebook, de la police scientifique ou d’une cellule de déradicalisation. Pour ne pas faire de l’actu une chose lointaine, qui ne les concerne pas.

Les autres… et moi

Phosphore, enfin, délivre des pistes pour tisser des relations de qualité avec leurs amis, leurs frères et sœurs, leurs parents. A l’aide de témoignages garantis sans bluffs, de récits de vie authentiques, et d’informations justes sur leur santé, leur corps.

 

Nous serions fiers d’accompagner votre enfant aux portes de l’âge adulte, de l’aider à grimper les dernières marches vers l’indépendance, d’être une ressource pour ces années où il y a tant de choix à faire. S’abonner à Phosphore, est sans doute le plus facile d’entre eux.

David Groison, rédacteur en chef de Phosphore