Comment aider votre ado à s’orienter ?

Comment aider votre ado à s’orienter ?

Chaque année plus de deux millions d’élèves, et leurs familles, sont confrontés à des choix d’orientation en troisième et au lycée… Nos conseils pour accompagner votre enfant dans ces moments clés de sa scolarité.

Pendant la troisième, la seconde, la première ou la terminale de votre enfant, vous êtes très nombreux à vous poser les mêmes questions : comment choisir la bonne orientation ? Que vaut telle ou telle filière ? À quoi mène-t-elle ? Mon enfant a-t-il des chances de s’en sortir ? L’enjeu vous paraît important (et c’est vrai) et vous vous sentez peu armés pour répondre à votre enfant. Cette situation est d’autant moins simple à gérer que celui-ci ne se montre pas toujours impliqué ou heureux de recevoir les conseils d’adultes. Comment sortir de cette épreuve ? Les conseils de la rédaction du magazine Phosphore :

Se poser les bonnes questions

Avant toute chose, vous devez aider votre enfant à se poser les bonnes questions sur lui, en questionnant les personnes qui le connaissent le mieux – en l’occurrence vous – mais aussi son entourage (profs, amis, etc.) qui le considère souvent sous un autre jour. Quelles sont les choses qu’il aime et qu’il déteste faire en dehors des cours, quelles sont les matières qu’il aime étudier et celles où il réussit le mieux… ? Il s’agit de détecter où il se sent à l’aise en cours et les domaines qui suscitent son intérêt.
Il doit aussi faire l’inventaire de ses qualités et ses défauts, sa personnalité (extraverti ou timide, sens du contact ou pas…), sa façon de travailler. Enfin, il doit réfléchir à son projet de vie personnelle et professionnelle : se voit-il s’engager dans des études longues ou courtes, exercer un métier prestigieux ou pas, aider les autres, gagner beaucoup d’argent… Il s’agit de ne pas se lancer dans un projet irréalisable et de trouver une voie qui lui ressemble.

Glaner un maximum d’infos

C’est difficile pour votre ado de se projeter dans une réalité qu’il ne connaît pas : le monde des études supérieures et celui du travail. Pour qu’il s’en fasse une (vague) idée, vous devez l’inciter à écumer les portes ouvertes, les forums ou salons des métiers organisés par son établissement, votre ville, votre région ou tout autre organisme.
Il peut aussi se rendre sur notre site phosphore.com, accessible à tous. Il y trouvera des dossiers pratiques (“L’alternance en question”, “Environnement : métiers et formations d’avenir”…), plus de 400 fiches métiers, des tests pour l’aider à se poser les bonnes questions mais aussi des témoignages de jeunes qui ont quelques années de plus que lui.
Ces témoignages sont très précieux : qu’est-ce qui leur a plu et déplu dans leurs études, comment ça s’est passé, qu’est-ce qui les a surpris par rapport au lycée, quelle était la charge de travail et de quelle nature était-il, comment se sentent-ils dans leur métier aujourd’hui ? Cela vaut aussi pour l’hésitation entre bac techno, bac pro et bac général.

Dédramatiser et se faire aider

Sachez que 65 % des métiers de demain n’existent pas encore. Plus qu’un métier précis, il lui faut donc choisir une grande voie d’études, qui corresponde à ses aptitudes, sans le surestimer ni le sous-estimer.
Pour se renseigner, il peut se tourner vers les points d’information qui existent autour de lui : les BDI, CDI, PIJ, CIO… Il peut aussi faire un “bilan d’orientation”, avec le Coaching Phosphore. Il s’agit de programmes que nous avons développés en partenariat avec des psychologues de l’orientation certifiés. Ils permettent, grâce à des tests psychotechniques, complétés par des entretiens avec votre ado ainsi que vous-même, de vous aider à déceler les voies qui pourraient lui convenir et de mettre toutes les chances de son côté. Et n’oubliez pas qu’on peut toujours changer de voie au cours d’une vie !

Proposer, sans imposer, votre avis

La difficulté pour vous va être de donner votre avis, voire de débattre les choix de votre ado, sans imposer votre point de vue. L’adolescence est une période de transition entre l’enfance et l’âge adulte. Il est donc plus que naturel que votre enfant s’oppose à vous.
La vraie difficulté dans l’orientation pour les parents est de proposer, d’expliquer, de rêver pour votre enfant une vie professionnelle idéale… et tout en même temps d’accepter que lui choisisse une autre voie. Cela exige à la fois de l’ouverture d’esprit et de la confiance. Prendre votre position de parent, oublier ce qu’on sait sur le monde du travail, le tout en proposant sans imposer…

Sandrine Pouverreau, spécialiste orientation à Phosphore