Colères des tout-petits : comment réagir ?

Colères des tout-petits : comment réagir ?

Difficile de rester zen quand votre tout-petit hurle, trépigne et que rien ne semble l’arrêter. Pourquoi se met-il dans un tel état et que faire pour le calmer ? Le supplément pour les parents du magazine Popi, vous explique ce qu’il ressent et comment l’aider à s’apaiser. Bonne année 2019, sereine et détendue !

Comprendre

Aurions-nous l’idée de nous agacer devant une plante verte, parce que ses feuilles ont jauni ? À en croire la psychologue Isabelle Filliozat, ma Célestine de 3 ans, qui est rouge de colère et répète en boucle qu’elle “veuuut faiiire de la peiiinture”, est à peu près comme la plante verte (en un peu plus complexe) : elle ne le fait pas exprès pour me rendre chèvre.

Selon la pédiatre Catherine Gueguen, entre 1 et 3 ans, le cerveau est immature et incapable de contrôler les émotions. En prendre conscience change (presque) tout ! Voir ma fille trépigner et hurler restera pénible. Mais savoir qu’elle se trouve simplement submergée par un trop-plein émotionnel m’aidera à analyser la situation plus sereinement : elle réagit avec les moyens du bord, et ceux-ci sont encore limités… Commençons par tenter de la calmer.
[Isabelle Filliozat est l’auteur de “J’ai tout essayé !”, Poche Marabout, 2013. Catherine Gueguen est l’auteure de “Vivre heureux avec son enfant”, Pocket, 2017.]

“Grosse colère… Que faire ?”, Popi n°389, supplément pour les parents, janvier 2019. Texte : Adrien Bail. Illustrations : Isabelle Assémat.

S’adapter

Apaiser suppose des gestes tendres. “Ce n’est pas évident, j’ai tendance à crier… Je me sens dépassé”, reconnaît Simon, 31 ans, papa de deux garçons. Pour rester calme, chacun sa technique : respirer un bon coup, s’isoler pour se protéger des cris…“Grosse colère… Que faire ?”, Popi n°389, supplément pour les parents, janvier 2019. Texte : Adrien Bail. Illustrations : Isabelle Assémat.

Isabelle, 41 ans, maman de quatre enfants, essaie de poser des mots doux (“Je t’aime fort”) pour éviter ceux qui blessent (“Tu es pénible”). “Il n’y a pas de recettes, cela dépend de l’enfant et du parent”, insiste Béatrice Kammerer, docteure en sciences de l’éducation et fondatrice du blog Parents 2.0, qui est adepte du papier froissé et laisse ses enfants exprimer leur colère sur des catalogues.

On peut aussi serrer simplement son enfant dans les bras. Mais certains ne se laissent pas approcher, comme la petite Anna, 2 ans et demi : “Je lui ai proposé d’autres outils”, explique Marjorie, 27 ans, maman de deux enfants et auteure, suivie par des milliers de lecteurs, du blog Happynaiss : “Aujourd’hui, elle va d’elle-même s’enrouler dans sa couette ou s’installer dans notre “espace de retour au calme”, où j’ai disposé tapis, livres, coussins…” Un endroit protecteur, et non pas un lieu de punition.

Apaiser

Bien sûr, nous avons hâte que notre enfant cesse de hurler : c’est un besoin légitime du parent et du reste de la famille, “car la colère est contagieuse”, note Isabelle. Mais le calme n’est pas à rétablir à n’importe quel prix. “La manière dont réagissent les adultes est déterminante pour que l’enfant parvienne progressivement à réguler ses émotions, écrit Catherine Gueguen. Quand l’entourage comprend l’enfant, sait l’apaiser, ces épisodes impulsifs diminuent pour se raréfier vers 5-7 ans.” Ainsi, ces accès de colère deviennent des occasions de grandir.

“Grosse colère… Que faire ?”, Popi n°389, supplément pour les parents, janvier 2019. Texte : Adrien Bail. Illustrations : Isabelle Assémat.

À l’inverse, crier, punir peut freiner le développement de l’enfant. “Il a le droit d’éprouver de la colère”, écrit Isabelle Filliozat. Aidons-le à ne pas voir ses émotions comme dangereuses et à trouver d’autres manières de les exprimer. “Si le parent a peur de la colère de l’enfant, l’enfant rentre en lui ses colères ou devient violent.” Rien ne sert non plus de tenter de le raisonner : tant qu’il est rouge de rage, il n’entendra rien. C’est une fois la colère apaisée que l’on pourra mettre des mots sur les émotions. Et encourager.

Accompagner

Si on rembobine, qu’est-ce qui a bien pu mettre Célestine dans un état pareil ? Nos enfants ne sont pas toujours capables d’exprimer qu’on leur en demande trop… et une fois à la maison, c’est la décharge émotionnelle. “Il faut d’abord vérifier qu’ils ont leur comptant d’amour, de protection, de sommeil, d’alimentation”, conseille le psychologue Didier Pleux. Si je suis sûr que c’est le cas, cherchons du côté de la frustration. “Dans le ventre maternel, l’enfant obtenait tout – et tout de suite. Il fonctionne selon un principe de plaisir, et ne supporte pas l’arrêt de ce qui est bon. Or, dans le monde réel, on ne peut pas être tout le temps alimenté, cajolé, en communication… Le rôle du parent est de réguler ses demandes.”

Il ne s’agit pas de le frustrer volontairement, mais de l’accompagner face aux frustrations de la vie : “Le poisson rouge est mort, l’enfant voudrait qu’il revienne à la vie… Il va devoir l’endurer, explique Béatrice Kammerer. Mais dire “non” ne dispense pas de reconnaître que l’enfant traverse quelque chose de difficile.” S’il se sent compris, lui-même se comprendra mieux.
[Didier Pleux est l’auteur de “Petits caprices et grosses colères. Gérer les crises de son enfant, Eyrolles, 2012.]

Prévenir

Énoncer clairement le programme et les règles évite bien des crises, estime Isabelle. De même, notre parole doit être un roc : nos hésitations engendrent des frustrations.” On peut aussi prendre en compte le besoin d’autonomie des enfants. “Nous avons aménagé la maison afin qu’Anna puisse attraper sa brosse à dents, s’habiller elle-même, mettre la table… Cela limite les occasions de colères”, se réjouit Marjorie.

Il ne s’agit pas de transiger avec la sécurité, la santé ou les obligations de la vie d’adulte, mais de laisser l’enfant bousculer nos réflexes. Et de lâcher prise. “Certes, on n’a pas toujours le temps, mais… si sur la route du square, il traîne à ramasser des cailloux par terre, je peux me dire : au fond, je voulais qu’il joue dehors ? Eh bien, c’est ce qu’il fait – d’une manière que je n’avais pas prévue.” Et tant pis pour le square !

“Grosse colère… Que faire ?”, Popi n°389, supplément pour les parents, janvier 2019. Texte : Adrien Bail. Illustrations : Isabelle Assémat.

“Grosse colère… Que faire ?”, Popi n°389, supplément pour les parents, janvier 2019. Texte : Adrien Bail. Illustrations : Isabelle Assémat.

Popi n°389, janvier 2019, et son supplément pour les parents.