Orientation : 7 pistes pour aider les lycéens à trouver leur voie

Orientation : 7 pistes pour aider les lycéens à trouver leur voie

Les choix d’orientation, pour les lycéens comme pour leurs parents, sont la source de nombreuses interrogations et, parfois, de conflits. Dans son numéro de février, le magazine Phosphore conseille ses lecteurs, les aide à se poser les bonnes questions et les rassure : il n’y a pas un chemin qui corresponde à chacun, mais plusieurs ! Nous vous proposons de télécharger cet article ou de le lire ci-dessous.

Votre orientation en 7 coachings…

Le mot “orientation” est parfois… “déboussolant”. Pour les lycéens comme pour leurs parents. À tel point qu’il est souvent, dans les familles, source d’échanges crispés, voire de portes claquées. Avec le dossier “Votre orientation en 7 coachings”, Phosphore, dont l’accompagnement à l’orientation est l’un des axes importants, cherche d’abord à rassurer ses lecteurs. À leur montrer que ce mot doit aussi et surtout faire penser à des portes qui s’ouvrent.

“J’aimerais faire plusieurs choses”, “Pour quel métier suis-je fait ?”, “Je sais ce que je ne veux pas faire”,  “Est-ce que j’ai assez de talent ?”… Nous avons demandé à Pascale Marmara, psychologue et coach certifiée du service coaching-orientation, d’aider sept lycéens à y voir un peu plus clair à ce tournant de leur parcours. Tous les ados pourront, selon leurs propres questionnements, y trouver des pistes à explorer pour trouver leur voie : questions à se poser et à poser à son entourage, applis géniales à télécharger, sites à consulter… Car à cette étape de leur scolarité, il s’agit en premier lieu de prendre de l’élan. D’apprendre à reconnaître ses talents et à s’appuyer sur ses rêves. En sachant que personne n’a jamais joué sa vie en un seul clic, fût-il sur Parcoursup. Qu’il n’y a pas UN chemin qui corresponde à chacun, mais plusieurs. Et qu’il faut avancer pas à pas. Ce message est, à nos yeux, la clef d’une orientation réussie. Bonne route !

Marion Joseph, rédactrice en chef adjointe du magazine Phosphore

Téléchargez l'article “Votre orientation en 7 coachings”, Phosphore n°440, février 2017, à lire également ci-dessous.

“Pour quel métier suis-je fait ?”

Paul, en seconde : “Vais-je trouver un métier qui me plaira ? Quels sont les meilleurs métiers ?”

Si comme Paul, vous recherchez le métier idéal…

1- Ce qui vous freine peut-être
Vous vous imaginez peut-être que vous êtes “fait” pour un métier précis. Alors que ce n’est le cas de personne. Et vous ne ferez pas apparaître votre avenir d’un coup de baguette en cochant des cases sur un questionnaire (bon, l’idée est tentante, évidemment !). Par ailleurs, les “meilleurs” métiers ne sont pas les mêmes pour tout le monde. Tout dépend de VOS critères (rythme, environnement de travail, salaire…)
2- Les pistes à suivre
Dites-vous bien qu’il n’y a pas UN chemin qui pourrait vous correspondre, mais plusieurs. Et que certains métiers n’existent pas encore (vous les découvrirez au fur et à mesure). On vous demande souvent conseil en cas de conflit ? Pour organiser une fête ? Vos compétences peuvent vous orienter vers là où elles sont valorisées. Par exemple, vos dons relationnels pourraient s’avérer utiles dans les métiers de la communication, du soin, de la diplomatie. Votre sens de l’organisation sera très recherché pour coordonner des projets, manager une équipe…
3- Pour explorer votre voie
Sur tonfuturmetier.fr, Charly, un conseiller virtuel, vous pose tout un tas de questions. Puis, à partir de votre “profil”, il vous propose 10 métiers (et les formations qui pourraient vous y mener). Marrant et inspirant. En plus, il dédramatise en rappelant que vous aurez sans doute plusieurs métiers dans votre vie. Peut-être l’un des métiers du futur présentés sur la chaîne de Doc Seven.

“Comment être sûr de ne pas se tromper ?”

Mathieu, en terminale ES : “J’ai toujours eu du mal à prendre mes décisions. L’année prochaine, je penche pour une école autour du numérique, mais le cinéma, les lettres m’attirent aussi…”

Comme Mathieu, vous avez peur de vous planter ?

1- Ce qui vous freine peut-être
Derrière la peur de se tromper se cache souvent… la peur d’échouer. Comme lorsque vous n’osez pas prendre la parole en cours, de peur de vous ridiculiser devant toute la classe. Et pourtant, comment progresser si on ne prend aucun risque ? Personne n’a jamais appris à marcher sans trébucher ! La solution : avancer à petits pas.
2- Les pistes à suivre
Raisonner exclusivement autour des métiers risque de vous bloquer… Pensez aux personnes que vous admirez : qu’ont-elles accompli qui vous inspire tant ? Et vous, qu’aimeriez-vous qu’on dise de ce que vous avez réalisé dans votre vie ? Vous créeriez une entreprise, qu’inventerait-elle ? Pour qui ? Que voudriez-vous que les bénéficiaires en disent ? Cet exercice d’introspection vous permettra de cerner vos valeurs et vos sources de motivation.
3- Pour explorer votre voie
Sur onisep.fr, répertoriez les parcours de formation correspondant aux domaines qui vous tentent. Sur le site de chaque école, faites la liste des “plus” de chaque cursus (pour Mathieu : quelles matières du programme d’école numérique, de ciné ou de fac de lettres l’attirent le plus ?). Essayez ensuite de voir dans quelles autres écoles/formations/disciplines vous pourriez retrouver ces “plus”.

“J’aimerais pouvoir faire plusieurs choses”

Maya, en terminale L : “À l’inverse de certains qui n’ont pas d’idée, moi, j’en ai trop. J’aimerais pouvoir faire plusieurs choses ! Du coup je suis perdue.”

Comme Maya, vous avez peur de renoncer à certaines idées ?

1- Ce qui vous freine peut-être
“Choisir, c’est se priver du reste” : cette citation d’André Gide reflète bien votre dilemme. Et si vous preniez ce bouillonnement comme une richesse ? Être adaptable, ouvert(e), vous sera particulièrement utile dans le monde professionnel, où l’on doit être créatif, capable d’analyser des problèmes sous différents angles. À ce stade, on se détend : personne ne vous demande de faire un choix trop “fermé” !
2- Les pistes à suivre
Il existe des tas de domaines où votre tempérament “touche-à-tout” peut faire des étincelles : les sciences politiques, l’histoire, la psychologie, la recherche scientifique, le management… Explorez vos centres d’intérêts : quelles sont les activités que vous faites sans effort ? Quand vous surfez sur Internet, sur quels sites vous arrêtez-vous ? Que feriez-vous avec une année de liberté et un budget illimité ? Pour l’instant, il s’agit seulement de défricher, pas de faire un plan de carrière !
3- Pour explorer votre voie
Sur les sites pixis.co ou impala.in, vous entrez vos centres d’intérêts “Rester toute la journée derrière un bureau ? Non merci !”, “Je veux voyager et découvrir de nouveaux pays”…, les secteurs qui vous attirent (psychologie, justice…), le nombre d’années d’études et le salaire débutant que vous visez. Un “nuage” de métiers vous sont alors proposés (avec des exemples de cursus). Une bonne façon d’explorer les possibles.

“Je trouve qu’on doit choisir trop tôt”

Elsa, en seconde : “Comment savoir quel métier et donc quelle filière choisir, à 15 ans ?”

Comme Elsa, vous manquez d’idées face à des choix trop loin de vos préoccupations ?

1- Ce qui vous freine peut-être
C’est vrai, il y a un paradoxe à devoir faire tôt des choix qui peuvent rétrécir le champ des possibles (un bac L limite les chances de devenir médecin, par exemple). Alors qu’à 15 ans (mais aussi à 16, 17 voire 20 !), vous n’avez pas forcément d’idée précise… C’est un peu comme si on vous demandait de réserver votre moyen de transport avant de connaître la destination d’un voyage ! Normal que vous vous sentiez parfois perdu(e).
2- Les pistes à suivre
Sachez que, quels que soient les moyens empruntés (études, filières), on finit la plupart du temps par arriver là où on veut aller, au bout du compte. Plus le choix de la destination (votre futur métier) se clarifiera, plus vous mobiliserez de ressources pour y parvenir ! Et il y a de plus en plus de passerelles entre les formations. Vous pouvez chercher un début d’inspiration en interrogeant vos proches sur vos atouts, vos réalisations qui les ont marqués, des idées de domaines professionnels où ils vous imagineraient bien…
3- Pour explorer votre voie
Comme sur un catalogue de voyages, découvrez des métiers susceptibles de vous plaire sur phosphore.com, lecanaldesmetiers.tv ou flashmetiers.onisep.fr, qui les présentent à travers des témoignages.

“L’avis de ma famille me fait douter”

Héloïse, terminale ES : “J’aimerais faire une prépa d’art et un métier artistique. Pour ma famille, c’est le chômage assuré ! Mes parents ont dit OK… mais seulement si je fais les Arts Déco. À un moment, ça m’a fait douter mais je sens que c’est ma voie !”

Comme Héloïse, vous êtes attiré(e) par une voie qui n’emballe pas vos proches ?

1- Ce qui vous freine peut-être
Aller à l’encontre des attentes de sa famille (de son milieu social, des préjugés associés à son sexe…) n’est pas si simple. Mais vous pouvez choisir de faire de ces signaux ou conseils un défi : celui de tester votre motivation et de trouver les arguments pour les (vous ?) convaincre que vous faites le bon choix.
2- Les pistes à suivre
Listez tout ce que vous avez réalisé dans le domaine qui vous attire (par exemple, pour Héloïse, des dessins, des maquettes…). Identifiez les compétences mobilisées pour les réaliser (tirage de photos, fabrication de bijoux). Fixez-vous des objectifs pour aller plus loin (rencontrer un graphiste, un photographe, un créateur…). Écrits noir sur blanc, ces éléments vont renforcer votre projet et vous fournir des arguments implacables ! Face à une motivation béton, on se focalise moins sur les débouchés.
3- Pour explorer votre voie
Sur le site de la délégation régionale de l’Onisep de votre académie (onisep.fr/Pres-de-chez-vous), vous trouverez le calendrier des salons d’orientation et les dates des journées Portes ouvertes dans votre région. Des rendez-vous incontournables où emmener vos parents pour élargir vos connaissances (et les leurs) dans le domaine choisi.

“Je sais ce que je ne veux pas faire”

Victor, en terminale S : “J’ai toujours été attiré par les sciences mais je ne veux pas être médecin comme mon père. Pourquoi ne pas me diriger vers la recherche, même si je ne sais pas encore dans quel domaine ?”

Comme Victor, vous ne savez pas trop quoi faire, mais vous savez ce que vous ne voulez surtout pas faire ?

1- Ce qui vous freine peut-être
Savoir ce que l’on ne veut pas faire peut être un excellent point de départ… à condition de réussir à déterminer pourquoi. Dans le cas de Victor : est-ce les horaires de son père, ses responsabilités qui le rebutent ? Et il serait dommage de vous empêcher de faire quelque chose, juste parce que l’idée de “faire comme” vous déplaît…
2- Les pistes à suivre
Un métier ou un domaine ne vous attire pas du tout : listez les éléments qui vous déplaisent le plus (le salaire, l’environnement de travail, les débouchés…) pour en déduire vos valeurs et/ou vos motivations : vous avez besoin de travailler en équipe, vous voulez du temps libre pour vos loisirs. Listez ce qui est essentiel pour vous et explorez les domaines qui les valorisent.
3- Pour explorer votre voie
Sur le site du CIDJ, vous pouvez chercher des idées de métiers à partir de vos priorités : travailler dans l’urgence, faire un travail de précision ou faire de la recherche (comme Victor)… Sur orientation-education.com découvrez les métiers de demain ou ceux qui recrutent, qui paient, qui font rêver.

“Est-ce que j’ai suffisamment de talent ?”

Abigaëlle, en seconde : “Je souhaite faire un bac L, puis faire du théâtre ou du journalisme, j’adore les mots et jouer avec. Mon problème : face aux jeunes qui écrivent déjà leur 3e livre, je me sens toute petite…”

Comme Abigaëlle, vous ne vous sentez pas à la hauteur de la voie qui vous tente ?

1- Ce qui vous freine peut-être
Se comparer aux autres, c’est humain. Mais se focaliser sur leurs talents vous empêche de repérer les vôtres. Par exemple, il est assez rare d’avoir écrit trois romans à 15 ans ! En plus, certaines capacités sont davantage valorisées par le système scolaire et peuvent donner des complexes… mais il existe bien d’autres qualités à exploiter. À vous de les repérer !
2- Les pistes à explorer
Pas évident d’avoir une vision objective de vos qualités ! Fermez les yeux et imaginez que vous recevez un trophée pour l’un de vos talents. Qu’y a-t-il écrit sur le socle ? Que dit-on en vous le remettant ? Laissez libre cours à votre imagination et… à bas la modestie ! Vous rêvez de posséder une qualité ? Elle est sûrement présente en vous : il vous suffit de la cultiver.
3- Pour explorer votre voie
“Jouer” avec les mots – comme aime le faire Abigaëlle – révèle une intelligence linguistique (qui “colle” avec le théâtre, le journalisme mais aussi plein d’autres métiers : animatrice, avocate, conférencière…). L’appli FutureYou vous permet d’explorer les multiples formes d’intelligences (logico-mathématique, visuelle, spatiale…). Chacune est associée à des idées de métiers et des exemples de personnes ayant un profil voisin du vôtre. Inspirant.

Vraiment bloqué(e) ?

Vous êtes angoissé(e), bloqué(e), et vos parents commencent à paniquer ? Vous pouvez peut-être vous faire offrir des séances avec un coach, comme sur phosphore.com/coaching-orientation, qui vous accompagnera de façon plus individuelle sur votre orientation.

Téléchargez l’article “Votre orientation en 7 coachings”, Phosphore n°440, février 2017. Texte : Anne-Sophie Chilard. Photos : Gilles Leimdorfer.

Couverture du magazine Phosphore, n° 440, février 2018