Comment donner envie de lire aux 6-10 ans ?

Comment donner envie de lire aux 6-10 ans ?

Pour faire naître l’envie et le plaisir de lire, les rédactions de Mes premiers J’aime lire et J’aime lire utilisent des “outils” éprouvés depuis des années. Invisibles au premier regard, ils se révèlent pourtant très efficaces !

Quel plaisir de lire !

Si vous observez un enfant plongé dans un livre, vous le verrez rarement assis sur une chaise, comme il peut l’être lors des apprentissages scolaires… Quand lire est un plaisir, tout le corps se détend…

Pour l’équipe des magazines Mes premiers J’aime lire et J’aime lire, le travail consiste, numéro après numéro, à transformer ce qui peut être tension d’apprentissage en plaisir de lire.

Une passerelle vers la lecture autonome

Pour le lecteur débutant, le magazine Mes premiers J’aime lire propose en début de pagination une petite histoire à lire à deux voix. Passerelle entre le bel album que le parent lisait le soir à son enfant, et le roman que l’enfant va finir par découvrir tout seul, cette histoire à deux voix permet à l’adulte de raconter ce qui est écrit en noir, et à l’enfant de lire ce qui est écrit en rouge, selon une “règle du jeu” qui change à chaque fois : le dernier mot de chaque phrase, tous les mots qui comportent la syllabe “pa”, etc.

Extrait de “La petite histoire - Que ferez-vous quand vous serez grand ?” publiée dans le numéro de janvier de Mes premiers J'aime lire, en kiosque le 24 décembre. Texte : Arnaud Alméras. Illustrations : Robin.Extrait de “La petite histoire – Que ferez-vous quand vous serez grand ?” publiée dans le numéro de janvier de Mes premiers J’aime lire, en kiosque le 24 décembre. Texte : Arnaud Alméras. Illustrations : Robin

Des “outils” invisibles, mais efficaces, pour accompagner le lecteur

Pour aider l’enfant à devenir lecteur par choix et non plus seulement par obligation, nous mettons en place tout un tas “d’outils” invisibles au premier regard.

Le choix de la typographie, bien sûr, qui s’adapte en taille et en épaisseur au niveau de lecture, plus gras et gros dans Mes premiers J’aime lire, qui s’adresse aux débutants, que dans J’aime lire.

Le rythme des phrases, ensuite : vous remarquerez le soin jaloux que nous prenons à respecter l’ordonnancement ternaire sujet-verbe-complément. Sans verbe, qui fonctionne comme le moteur de la phrase, comment construire le sens ?

Nous passons aussi beaucoup de temps à traquer le non-dit, l’implicite et les sous-entendus, qui pourraient perdre le lecteur en route.

Autre soutien pour le lecteur débutant : chaque page se termine par un point, ce qui demande parfois des acrobaties stylistiques aux auteurs. L’enfant peut donc faire une pause, reprendre la lecture du début du paragraphe s’il n’a pas été bien compris, revenir rire à une blague…

En revanche, pas de tabou sur le vocabulaire. Des mots riches de sens ou compliqués font partie du plaisir de la découverte ! Pour nous aider, nous bénéficions de la lecture attentive, histoire après histoire, d’une orthophoniste et linguiste. En dialogue avec les auteurs, nous cherchons ainsi à soulager l’effort de déchiffrage pour laisser opérer la magie propre à chaque histoire.

Extrait du roman “Dans le ciel”, publié dans le numéro de janvier de J'aime lire, en kiosque le 24 décembre. Texte : Nathalie Dufaux. Illustrations : Grégory Elbaz.Extrait du roman  “Dans le ciel”, publié dans le numéro de janvier de J’aime lire, en kiosque le 24 décembre. Texte : Nathalie Dufaux. Illustrations : Grégory Elbaz.

Quand le lecteur débutant se transforme en grand lecteur

Il faut beaucoup de travail pour qu’un lecteur déchiffreur se transforme, au cours de ses premières années de primaire, en lecteur avide d’histoires et d’imaginaires différents du sien. Nous nous tenons donc à ses côtés, proposant tout simplement de lire pour le plaisir de se distraire, de rire, de frissonner, de ressentir une palette d’émotions infinies que seule la lecture peut procurer.

Delphine Saulière, rédactrice en chef de “Mes premiers J’aime lire” et “J’aime lire”