Confinement : comment aider nos enfants à bien dormir ?

Publié le

Ce sont des yeux qui refusent de se fermer alors que l’heure du coucher est largement dépassée. Ce sont des petits pieds qui, sortis du lit, s’avancent timidement vers le salon. Et une petite voix qui dit : “J’arrive pas à dormir. ” L’anxiété, le stress et les incertitudes que génère la situation actuelle peuvent perturber le sommeil des plus jeunes. Si le marchand de sable se fait attendre trop longtemps, essayez ces astuces pour favoriser l’endormissement. Bonne nuit aux petits… comme aux grands !

Bien dormir, ça s’anticipe !

Et si on commençait par revenir aux fondamentaux ? La nuit se prépare en journée. Mais en ce moment, nos enfants manquent d’activité physique et, dans beaucoup de familles, le temps d’écran a augmenté. Deux paramètres qui ne favorisent pas l’endormissement.

“Pour ceux qui n’ont pas de jardin, il va falloir aménager l’espace de vie. On peut organiser des jeux de chat, faire un peu de gym…”, conseille Benjamin Lubszynski, thérapeute et auteur de Bien dormir, ça s’apprend (éd. Du Rocher). Les voisins seront sans doute compréhensifs.

Pour les écrans, on les arrête trois heures avant le coucher. Et on se recrée un rythme au quotidien : “cela permet aux petits de conserver la notion du temps qui passe”, explique le thérapeute.

Détente pour tout le monde

Pour éviter de se retrouver avec des “piles électriques” à l’heure du coucher, le thérapeute préconise de mettre en sourdine les chaînes d’infos en continu, assez anxiogènes. Et d’organiser des séances de relaxation ou de méditation en famille. Il suggère d’instaurer trois petites séances de 10-15 minutes à 13 heures, 17 heures puis juste avant d’aller au lit. “Pour l’enfant, il y a donc un plaisir à aller se coucher. Cette séance en famille lui apparaît comme une gratification”, souligne Benjamin Lubszynski. En ce moment, les offres de sessions en ligne par des profs de yoga ou de sophrologie fourmillent sur internet.

Pas envie de se mettre face à l’écran ? C’est l’occasion de travailler tous ensemble la respiration ventrale ou “respiration ballon” : à l’inspiration, le ventre se gonfle comme un ballon ; à l’expiration, il se dégonfle. Si on est à l’aise, on peut mettre en place une séance de “scan corporel” : en prêtant attention à sa respiration, on balaie, l’une après l’autre, toutes les parties du corps, du gros orteil jusqu’au cuir chevelu.

Votre famille ne vous paraît pas trop réceptive ou vous ne vous sentez pas à l’aise ? N’ayez pas de complexes ! Vous pouvez aussi organiser des mini-veillées, comme le faisaient nos ancêtres. Toute la famille se retrouvera autour de la lecture d’un conte. “Un bon sas de décompression pour tout le monde”, analyse Benjamin Lubszynski.

Cauchemars et réveils nocturnes

Il n’est pas anormal, dans la situation actuelle, que des angoisses nocturnes apparaissent. En cas de réveil d’un petit, “évidemment, on le console et on reste dix minutes avec lui”. Mais mieux vaut éviter de dormir avec lui ou de le “déménager” dans notre chambre.

Pour les plus grands, “la relaxation permet de diminuer le nombre de réveils nocturnes”, rappelle le thérapeute. En cas de cauchemars, il propose une technique issue des thérapies cognitivo-comportementales (TCC) : “L’idée est que le cauchemar devienne une rêverie qui donne un sentiment de puissance et de sécurité , explique-t-il. Admettons que votre enfant se réveille parce qu’il était poursuivi par une sorcière. On va transformer “l’encodage” du cauchemar. Il peut, par exemple, avoir des superpouvoirs et transformer la sorcière en chaton.”

Avec ces petites astuces, le marchand de sable ne devrait avoir besoin que d’une petite pincée pour que les yeux de nos enfants se ferment.

Des sites pour la détente et la relaxation des enfants

Le yoga permet de se détendre de façon ludique. Rendez-vous dans l’application Bayam pour le pratiquer avec les petits !

  • Des séances sont proposées en français et en anglais gratuitement pendant la durée du confinement (taper “yoga” dans le moteur de recherche de l’application Bayam).
  • Pour la relaxation, une séance est également disponible sur la chaîne YouTube de Bayam.

Éditeur de Calme et attentif comme une grenouille, d’Eline Snel, les éditions des Arènes ont mis en ligne quelques séances de méditation :

Pour les plus grands, l’appli Yoga Connect (gratuite pendant 15 jours puis 18 € par mois, sans engagement) propose des séances de yoga et de relaxation pour les enfants.

Joséphine Lebard